News

Afrique/Lutte contre la rage : le CSRS et ses partenaires analysent les données du terrain

Le Centre Suisse de Recherches Scientifiques en Côte d’Ivoire (CSRS) abrite du 15 au 17 juillet 2017, un atelier dans le cadre du projet d’évaluation du poids de la rage en Côte d’Ivoire, au Mali et au Tchad et financé par la fondation Global Alliance for Vaccines and Immunization (GAVI). L’objectif de cet atelier est de procéder à l’analyse préliminaires des données des études de terrain réalisées dans la période du projet. Cette analyse de données débouchera sur la production d’articles scientifiques.

Ils sont une quinzaine de chercheurs venus de la Suisse, de la Côte d’Ivoire, du Mali et du Tchad pour prendre part à cet atelier. Ils représentent l’Institut Tropical de Santé Publique Suisse (Swiss TPH), le consortium de recherches Afrique One-ASPIRE, l’Institut National d’Hygiène Publique de Côte d’Ivoire (INHP), la Direction des Services Vétérinaires de Côte d’Ivoire (DSV), le Laboratoire National d'Appui au Développement Agricole (LANADA), le Laboratoire central vétérinaire (LCV) du Mali, le Centre de Support en Santé Internationale (CSSI), l’Institut de Recherches en Elevage et en Développement du Tchad (IRED) et le CSRS.

 A l’ouverture de l’atelier, le Prof. Bassirou Bonfoh, Directeur Général du CSRS a souhaité la bienvenue à ses hôtes et rappelé l’engagement de son institution dans la lutte contre la rage. A sa suite, le Prof. Jakob Zinsstag, chef du projet, a remercié le CSRS pour son « hospitalité fantastique » avant de rappeler les objectifs de l’atelier et la démarche à suivre pour les atteindre. 

Une invitée de marque s’est jointe aux réflexions. Il s’agit de Mlle Darlène Kassem, Miss San-Pedro et 1ère Dauphine Miss Côte d’Ivoire. A la demande du CSRS, elle a été associée aux échanges sur les mesures à entreprendre pour atteindre l’objectif "zéro décès de la rage d’ici 2030". Ce, en raison de son engagement auprès des populations de San-Pedro et avec le comité intersectoriel de lutte contre la rage de ladite localité. « Vous avez touché à un point très sensible et le CSRS avec tous ses partenaires est prêt à vous accompagner », lui a assuré le Prof. Bonfoh. 

FacebookTwitterGoogle Plus