News

Formation à la recherche scientifique : Afrique One-ASPIRE renforce les capacités d’une cinquantaine de chercheurs africains

Le consortium de recherches scientifiques Afrique One-ASPIRE a renforcé les capacités d’une cinquantaine de jeunes chercheurs africains en « Une seule santé », gestion et administration d’une institution de recherches scientifiques, rédaction d’articles scientifiques et élaboration de projets de recherches scientifiques. C’était du 10 au 18 septembre 2017, au cours du summer school organisé dans le cadre de la 2ème réunion annuelle d’Afrique One-ASPIRE.

D’octobre 2016 à février 2017, Afrique One-ASPIRE a recruté 52 jeunes chercheurs provenant de 10 pays d’Afrique. Ces derniers ont pour mission de générer des évidences en ce qui concerne le contrôle et l’élimination de la rage canine et de la brucellose, le contrôle de la tuberculose, de l’ulcère de Buruli et des maladies d’origine alimentaire, la surveillance des maladies émergentes.

Ce summer school a été l’occasion de tous les rassembler dans un seul endroit en l’occurrence The Nelson Mandela-African Institute of Science and Technologies (NM-AIST), l’institution d’accueil, pour leur donner les outils pour mieux conduire leurs recherches. L’approche One Health, la recherche inter et transdisciplinaire, les statistiques, l’écriture d’articles scientifiques, l’élaboration de projets de recherche et la gestion d’une institution de recherche ont constitué les principaux modules de formation.

Les recrus ont également bénéficié de la présence et du soutien de toute l’équipe de coordination d’Afrique One-ASPIRE composée du Prof. Bassirou Bonfoh, Directeur, Dr Sayoki Mfinanga, Directeur adjoint, Dr Kathrin Heitz-Tokpa, Coordinatrice, Drs Aurelie Cailleau et Katharina Kreppel, Chargées de la formation, Mrs Ibrahim Doukouré et Emmanue Dabo, respectivement chargé des finances et de la communication. Prof. Jakob Zinsstag, Drs Gilbert Fokou, Nicodem Govella et Emmanuel Mpolya, membres de l’équipe de supervision d’Afrique One-ASPIRE, ont également partagé leurs savoirs aux jeunes chercheurs. 

FacebookTwitterGoogle Plus