News

Les primates et la forêt des marais Tanoé -Ehy désormais préservés

La célébration du partenariat scientifique  ivoiro-suisse a été marquée hier à J'amphi A du district de L’Université Félix Houphouët-Boigny  par la remise du prix Csrs-Fonds Eremitage pour la recherche scientifique en partenariat qui est à sa 8' édition.Créé à l'occasion du cinquantenaire du Centre suisse de recherche scientifique (CSRS), en Côte d'Ivoire en 2001, le prix CSRS-Fonds Eremitage est décerné, tous les deux ans, pour les travaux de haut niveau ayant débouché sur des publications importantes, ou des applications novatrices.L'équipe lauréate, cette année, est composée du Pr.Inza Koné, enseignant chercheur à l'UFR Biosciences de l'Université Félix Houphouët-Boigny (UFHB), chercheur associé au Centre Suisse de Recherches en Côte d1voire; le Dr Séry Gonedelé Bi de la même UFR, et Dr Paul Dietmar Zinner, primatologue originaire d'Allemagne. Le prix qu'ils ont reçu est doté d'un montant de J.5 .000 francs suisses soit environ 9 5oo.ooo Fcfa. Us ont travaillé sur le thème : « recherche et action pour la conservation des primates, une race de singes mammifères de la forêt des marais Tanoe-Ehy au sud-est de la Côte d'Ivoire ». Pr Inza Koné a expliqué que ce projet qui a séduit la commission de sélection présidée par Dr Olivier Girardin (vice-président «Cette forêt était très convoitée par les agro-industries, elle aurait été détruite sans la découverte que nous avons faite», indique le Professeur. D Et la création du Programme d'appui stratégique à la recherche scientifique, dirigé par le Dr Sangaré Yaya qui contribue au financement de la recherche en Côte d'Ivoire en menant diverses actions. L'octroi de bourses aux doctorants, de prix de la recherche, de soutien aux projets de recherche, et à la valorisation des produits de la recherche. A ce propos, SEM. Mauro Moruzzi, ambassadeur de Suisse, qui conduisait une délégation de 20 personnes venues de son pays, a relevé l'importance des étudiants dans le partenariat scientifique entre les pays ; en soulignant « l'enthousiasme de gens qui ont envie de prendre lejlamboou des anciens». n s'est aussi réjoui de ce qu'au moins 116 étudiants ivoiriens sont venus dans son pays grâce à des bourses d'études pour travailler dans des institutions tel que l'Institut tropical, et qui sont revenues en Côte d'Ivoire pour continuer le travail.La célébration du partenariat scientifique ivoiro-suisse a aussi été marquée par l'hommage au Pr. Marcel Tanner, s< personnalité scientifique au monde en termes de publication sur les systèmes de santé, qui a passé plusieurs années à la tête de l'Institut tropical dans santé publique suisse. Na . été élevé au grade d'Officier de l'ordre du mérite ivoirien pour services rendus à la nation ivoirienne. a également fait savoir que la découverte a surtout permis de mobiliser la population, qui s'est sentie concernée et a organisé une résistance, pour sauver la forêt. Parce que les peuples akan de cette zone du sud-est de la Côte d1voire qui adorent les cours d'eau, ont fini par comprendre que si la forêt disparaissait, les cours d'eau seraient menacés, ainsi que l'abri des génies protecteurs du village. Les primates ont aussi pu être sauvés, parce que leur crotte est utilisée dans des cérémonies pour conjurer le mauvais sort dans cette région. La présidente de I'UFHB, Bakayoko Ly Ramata, a salué ce prix qui pennet d'avoir une . ressource humaine de qualité. • Le ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Gnamien Konan, était représenté par son directeur de cabinet, Albert Moro Kpangoi. Plusieurs personnalités du monde scientifique et des ambassadeurs étaient au nombre desquelles le Pr Thérèse N'Dri Yoman présents à cette cérémonie.

FacebookTwitterGoogle Plus