News

Évaluation à mi-parcours du projet ATMOS-CONSERV par les experts de l’IRD

Le mercredi 2 octobre 2019, de 8 heures à 12 heures s’est déroulée au Centre Suisse de Recherches Scientifiques en Côte d’Ivoire (CSRS), sise à Adiopodoumé, route de Dabou, Km 17, l’évaluation à mi-parcours du projet ATMOS-CONSERV par les experts de l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD).

La thématique du projet est « Optimisation des paramètres de conservation en atmosphère modifiée naturellement de fruits et légumes-fruits tropicaux à maturation rapide : cas de la mangue (Mangifera indica) et de la tomate (Solanum lycopersicum) ». Les institutions impliquées sont le CSRS (Côte d’Ivoire), le Laboratoire de Biochimie Alimentaire et Transformation des Produits Tropicaux (Université Nangui Abrogoua) (Côte d’Ivoire), le Groupement d’Intérêts Economiques Bureau de Vente des Producteurs (BVP-GIE) (Côte d’Ivoire), l’Institut de Recherche en Sciences Appliquées et Technologies (IRSAT) / Centre National de la Recherche Scientifique et Technologique (CNRST) (Burkina Faso) et l’UMR QualiSud/ Université d'Avignon (France).

Au cours de la séance, le Directeur Général du CSRS, après avoir souhaité le traditionnel Akwaba aux deux experts de l’IRD, a présenté cette institution de recherche d’excellence. Il a par la suite montré l’importance de ce projet qui est en droite ligne avec les objectifs du CSRS. Puis, Dr KOUAME Kohi Alfred membre du projet a fait trois communications orales. Ces communications ont porté sur les résultats obtenus à mi-parcours autour de la conservation de la mangue, de la tomate et sur la présentation du Bac de conservation alimenté par l’énergie solaire. Les experts de l’IRD ont exprimé leur satisfaction de ces résultats obtenus à mi-parcours tout en félicitant le DG du CSRS ainsi que les membres du projet.

Pour la suite du projet, les experts ont recommandé que (i) les analyses économiques sur la rentabilité de le BAC JANNY MT et les extraits de plantes (tisane) soient effectuées et présentées à l’évaluation finale ; (ii) la soumission de publications scientifiques avant la fin du projet ; (iii) la rédaction des thèses et leur soumission au conseil scientifique pour instruction avant la fin du projet ; (iv) la prise en compte de la dimension humaine ; (v) l’amélioration du calendrier d’activités pour permettre aux doctorants de présenter leurs travaux aux prochaines sessions.




FacebookTwitterGoogle Plus