News

Comment les changements climatiques impactent la transmission du paludisme en Côte d’Ivoire ? Une équipe de chercheurs du CSRS ambitionne de répondre à cette question

Le vendredi 18 octobre 2019, à l’American Shelf de Tiassalé, a eu lieu de lancement des activités du projet Climate Research For Development (CR4D). Ce projet de recherche qui a pour thème ''Impact des changements climatiques sur la transmission du paludisme au sud de la Côte d'Ivoire'' est piloté par Dr Kouassi Richard M'Bra, Enseignant-Chercheur à l’Université Peleforo Gon Coulibaly de Korhogo et chercheur associé au Centre Suisse de Recherches Scientifiques en Côte d’Ivoire (CSRS).

Réalisé dans le district sanitaire de Tiassalé, ce projet vise à améliorer la compréhension de l'impact du climat sur la transmission du paludisme afin de contribuer à la mise en place d'un système d'alerte précoce permettant de prévoir les périodes de risque élevé d'infection du paludisme en Côte d'Ivoire. Cette rencontre a ainsi permis de partager avec les parties prenantes, le contexte et les objectifs du projet afin de déterminer ensemble les stratégies pour l’atteinte des résultats attendus.

En effet, selon Dr M'Bra, les changements climatiques ont un impact sur la transmission des maladies vectorielles, notamment le paludisme. Mais ces impacts diffèrent selon les régions et les zones écologiques. C’est pourquoi, après avoir étudié les impacts des changements climatiques sur la transmission du paludisme dans le nord de la Côte d’Ivoire, son équipe de recherche veut mener la même étude dans le sud du pays avec l’utilisation de nouveaux modèles tels que le Liverpool Malaria Model (LMM) et VECTRI. Des modèles qui permettent de déterminer de façon précise les effets des changements climatiques sur la transmission du paludisme.

Pour atteindre les objectifs de ce projet, l’équipe de recherche a choisi d’utiliser l’approche écosystémique à la santé humaine (approche écosanté) dont les principes fondamentaux sont la transdisciplinarité, l’équité et le genre.  «L’approche écosanté exige l’implication de toutes les parties prenantes notamment les scientifiques, les décideurs locaux, les communautés et les journalistes », a insisté Dr M’Bra.

Tous les acteurs, ont reconnu l’importance de ce projet et ont affirmé leur volonté à contribuer à sa réussite. Les résultats de cette recherche devraient permettre de développer des stratégies de résiliences des populations face aux changements climatiques et à réduire le taux de paludisme.

Etaient présents à cet atelier, le Secrétaire Général de la Préfecture de Tiassalé, le 3e Adjoint au Maire, des membres du personnel de la Mairie, le Directeur Départemental de la santé, des membres du personnel des centres de santé privés et publics, le Programme National de Lutte contre le Paludisme (PNLP), la SODEXAM, des membres du personnel du système éducatif, des leaders communautaires, des leaders d’association des femmes et des jeunes, des chercheurs du centre suisse de recherches scientifiques en Côte d’Ivoire (CSRS)...   

Par ailleurs, Dr M’Bra a bénéficié du soutien effectif de Prof Koudou Benjamin, directeur de la recherche du CSRS, du Prof Ndione Jacques André, expert climat du projet et du Prof Koné Brama, superviseur.

Rappelons que le programme CR4D est exécuté par l’Académie Africaine des Sciences (AAS) dont le siège se trouve à Nairobi au Kenya).



FacebookTwitterGoogle Plus