News

Projet CR4D / Atelier de restitution sur l’effet transfrontalier du changement climatique sur le commerce sous régional du bétail en Côte d’Ivoire

Une équipe de chercheurs du CSRS, en collaboration avec une équipe du CIRAD-ILRI, met en œuvre un projet de recherche intitulé « Spillover effect of climate change on cattle economy in Côte d'Ivoire » dans le cadre du programme de « Fellowship CR4D » (Climate Research 4 Development) exécuté par l’Académie Africaine des Sciences – AAS.

A cet effet, un atelier de restitution des résultats dudit projet a eu lieu du mercredi 22 au jeudi 23 juillet 2020, à Nsa hôtel de Grand-Bassam.

Selon les organisateurs, cet atelier a été initié dans le but de présenter et de discuter les principaux résultats obtenus concernant l’impact des changements climatiques sur la commercialisation de bétail en Côte d’Ivoire.

Risque de perte pour la Côte d’Ivoire, de plus de 50%  des exportations de bovins venant du Mali et du Burkina-Faso, si les  températures minimales de ces pays augmentent d’ici une trentaine d’années.


Ainsi, au cours de cet atelier de restitution aux principaux acteurs de la filière bétail, le Dr Ariane Amin, Chercheure Associée au CSRS, Investigatrice Principale du projet, a présenté les résultats de cette étude.

De ces résultats, il ressort que la Côte d’Ivoire est sujette à une réduction potentielle de 85 %  des exportations de bovins venant du Mali et du Burkina-Faso si les  températures minimales dans la zone soudanienne dans de ces pays, augmentent d’un degré (1°C).

A l’horizon 2050 c’est-à-dire d’ici une trentaine d’années, il est projeté une hausse de 0.9°C selon un scénario modéré équivalent à une situation future avec des mécanismes d’atténuation et donc une baisse potentielle de plus de 50% des flux d’exportations venant du Mali et du Burkina faso.

C’est pourquoi, pour le Prof. Inza Koné, Superviseur dudit projet , il est urgent de ’’développer des mécanismes de résilience face au changement climatique’’ car, si rien n’est fait d’ici 2050, cette hausse de température aura un impact non négligeable sur la filière bétail.

D’où l’importance de cette étude, car les résultats issus de celle-ci permettront ‘’à la Côte d’Ivoire d’anticiper les risques climatiques sur la sécurité alimentaire et la vulnérabilité des acteurs du secteur de la filière bétail(…).  Au niveau sous-régional, anticiper le risque climatique pour le développement de ce secteur contribuera également au renforcement de l'intégration économique régionale’’  s’est exprimée le Dr Amin.
 

Rappelons que ce projet est porté par Dr AMIN Ariane (enseignant chercheur – UFHB / chercheur associé – CSRS) sous la supervision de Pr Inza KONE (enseignant chercheur – UFHB / Directeur général – CSRS) et de Dr Abdramane WANE (Expert livestock development – CIRAD-ILRI).        

FacebookTwitterGoogle Plus