News

Taï Chimpanzee Project / Les chimpanzés orphelins peuvent souffrir toute leur vie de l'absence de leur mère

Les chimpanzés mâles qui perdent leur mère tôt dans la vie sont moins compétitifs et ont moins de descendants que les fils qui continuent à vivre avec leur mère.

L’un des plus grands traumatismes auxquels nous sommes confrontés est la mort de nos parents lorsque nous sommes enfants. Les orphelins peuvent continuer à souffrir des conséquences négatives de la perte de leurs parents pour le reste de leur vie, notamment en termes de croissance et de santé.

De nouvelles recherches montrent que, comme les humains, les chimpanzés restent avec leur mère jusqu’à l’adolescence, après l’âge de douze ans. Une série de nouvelles études montre que les chimpanzés orphelins sont également désavantagés en croissance et en survie. Une nouvelle étude dans « Science Advances » du « Taï Chimpanzee Project » en Côte d’Ivoire, un projet scientifique du Centre Suisse de Recherches Scientifiques à Abidjan, et de l’Institut Max Planck d’Anthropologie Evolutive de Leipzig montre qu’en outre, les fils orphelins sont moins compétitifs et ont moins de descendants que ceux qui continuent à vivre avec leur mère. La question qui reste à résoudre et la suivante : qu’est-ce que les mères fournissent pour que les chimpanzés restent en bonne santé et compétitifs ?

Les chercheurs ont observé trois communautés de chimpanzés dans le parc national de Taï. Ils ont conservé des données démographiques complètes et ont prélevé des échantillons de matière fécale pour effectuer des tests de paternité sur tous les nouveaux membres de la communauté, pendant une période pouvant aller jusqu’à 30 ans. Catherine Crockford, l’auteure principale, déclare : «Lorsque nous étudions nos plus proches parents vivants, comme les chimpanzés, nous pouvons en apprendre davantage sur les anciens facteurs environnementaux qui ont fait de nous des êtres humains. Notre étude montre que la présence et le soutien d’une mère pendant les années prolongées de l’enfance était probablement aussi un trait du dernier ancêtre commun que les humains partageaient avec les chimpanzés il y a six à huit millions d’années. Ce trait a probablement joué un rôle fondamental dans l’évolution des chimpanzés et de l’homme.»

Les principales théories de l’évolution humaine soutiennent que le fait que les parents continuent à fournir de la nourriture à leur progéniture jusqu’à ce qu’elle ait grandi a permis à notre espèce d’avoir le plus gros cerveau de toutes les espèces de la planète par rapport à la taille de notre corps. Le cerveau est un tissu coûteux qui se développe lentement, ce qui entraîne de longues périodes d’enfance. Les soins parentaux continus pendant la longue enfance donnent aux enfants le temps d’acquérir les compétences dont ils ont besoin pour survivre à l’âge adulte. Ces longues enfances sont rares chez les animaux, et n’ont d’égales que celles d’autres grands singes, tels que les chimpanzés.

Les chimpanzés peuvent avoir une longue enfance, mais, après l’âge de quatre ou cinq ans, lorsqu’ils sont sevrés, les mères leur fournissent rarement directement de la nourriture. La plupart du temps, les mères laissent leur progéniture se nourrir elle-même. Alors, que fournissent les mères chimpanzés à leurs fils qui leur donne un avantage concurrentiel sur les fils orphelins ? Nous ne connaissons pas encore la réponse, mais les scientifiques ont quelques idées.  

Apprendre des mères

«Une idée est que les mères savent où trouver la meilleure nourriture et comment utiliser des outils pour extraire des aliments cachés et très nutritifs, comme les insectes, le miel et les noix », souligne Mme. Crockford. «Les enfants acquièrent progressivement ces compétences au cours de leur enfance et de leur adolescence. On peut supposer que l’une des raisons pour lesquelles les enfants continuent à se déplacer et à se nourrir près de leur mère tous les jours jusqu’à l’adolescence est que le fait de regarder leur mère les aide à apprendre ». L’acquisition de compétences qui leur permettent de manger des aliments plus nutritifs pourrait expliquer pourquoi les grands singes peuvent se permettre d’avoir un cerveau beaucoup plus gros que les autres primates par rapport à leur taille.

« Une autre idée est que les mères transmettent des compétences sociales », ajoute Roman Wittig, dernier auteur de l’étude et directeur du Taï Chimpanzee Project. « Encore un peu comme les humains, les chimpanzés vivent dans un monde social complexe fait d’alliances et de concurrence. C’est peut-être en observant leur mère qu’ils apprennent quand former des alliances et quand se battre ».


 « Les résultats ont des implications importantes pour la conservation »
, explique Kone Inza, DG du Centre Suisse de Recherches Scientifiques et président de la Société Africaine de Primatologie. « Les chimpanzés sont en danger critique d'extinction en Afrique de l'Ouest. Leur nombre a chuté de 80 % au cours des 20 dernières années. La chasse aux chimpanzés aujourd'hui ne réduit pas seulement le nombre de chimpanzés de cette génération mais réduira le nombre de chimpanzés de la prochaine génération ». Cela s'ajoute à d'autres facteurs qui contribuent à la perte rapide de chimpanzés, comme la coupe des forêts et la transmission de maladies respiratoires humaines aux chimpanzés. 

Lien vers la publication originale : https://bit.ly/2FXsmtG

Lien Vidéo :   https://www.youtube.com/watch?v=CfYcF4I9Bso  

Contactez 

Dr. Catherine Crockford
Max Planck Institute for Evolutionary Anthropology, Leipzig

Dr. Roman Wittig
Max Planck Institute for Evolutionary Anthropology, Leipzig Prof.

Prof. Inza Kone Directeur Général
Centre Suisse de Recherches Scientifiques, Abidjan

Publication originale Catherine Crockford, Liran Samuni, Linda Vigilant, Roman M. Wittig

Postweaning maternal care increases male chimpanzee reproductive success

Science Advances, 18 septembre 2020

FacebookTwitterGoogle Plus