News

Africa 2013 : Plus de 200 participants se penchent sur les enjeux liés à l’Ecologie et à la Santé

Le Mardi 1er Octobre 2013, s’est ouverte une double rencontre dénommée Africa 2013 dans l’amphithéâtre du célèbre N’sa Hôtel de Grand Bassam : la 1ère Conférence Régionale en Afrique de l’Association Internationale pour l’Ecologie et la Santé et deuxième rencontre africaine des chercheurs en approche écosystème et santé humaine. Placée sous Sous l'égide du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, du Ministère de la Santé et de la Lutte contre le VIH/Sida et du Ministère de l’Environnement, de la Salubrité et du Développement Durable, et en collaboration avec la Communauté des pratiques en écosanté pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre, ce grand RDV scientifique a enregistré plus de 200 participants venus de 35 pays ainsi que les présences distinguées de plusieurs personnalités notamment (i) Le Préfet et le Maire de Grand-Bassam, (ii) le Prof Séraphin Kati-Coulibaly, Directeur Général de la Recherche, représentant M. Le Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifiques, (iii) le Dr Bitty Josephe, représentant le Ministre de la Santé et de la Lutte contre le VIH/Sida, (iv) le Dr Gustave Aboa, Directeur Général du Développement Durable représentant le Ministre de l’Environnement, (v) SEM l’Ambassadeur de Suisse en Côte d’Ivoire, (vi) le Prof Marcel Tanner, Directeur de l’Institut Tropical Suisse et de Santé Publique, (vii) le Prof Benjamin Fayomi, Coordonnateur de la COPES AOC, et bien d’autres. 

Ouvrant la série des allocutions à la suite du mot de bienvenue du Maire de Grand-Bassam, le Prof Bassirou Bonfoh, Président du comité d’organisation a remercié les participants et les bailleurs de fonds pour leur indéfectible soutien. Il a déploré le lourd fardeau que subit l’Afrique avec la montée en force des maladies infectieuses et chroniques non transmissibles. Pour lui, la réponse à cette situation délétère réside dans l’adoption définitive des approches Ecosanté et Santé unique qui ont lemérite de mettre ensemble les chercheurs, les praticiens et décideurs dans la recherche de solutions essentiellement axées sur un réel changement de comportement des populations Africaines. Il a enfin invité l’ensemble des acteurs à créer un environnement convivial susceptible de réduire l’empreinte écologique. 

A sa suite, l’honneur est revenu au Professeur Pascal Houenou, en sa qualité de Président du Comité Scientfique d’Africa 2013, de situer les enjeux scientifiques de cette double rencontre dont les conclusions restent très attendues. Plus loin, il a levé un coin de voile sur le sombre tableau que l’Afrique continue d’assumer : « 24% des maladies dans le monde sont dues à une exposition environnementale. Plus de 33% des maladies qui touchent des enfants de moins de 5 ans sont causées par des expositions environnementales. » a-t-il renchéri avant d’appeler la communauté internationale à une prise de conscience politique relativement à la relation de cause à effet réciproque entre la santé et l’environnement. 

« Nous appelons de tous nos voeux à la production d’une déclaration qui fasse une référence explicite et urgente au lien chercheurs – décideurs dont il ne faut point exclure les communautés » a –t-il conclu. 

Quant au Prof Kati-Coulibaly,il a réaffirmé le soutien ferme du Gouvernement relativement à la forte valeur ajoutée créee par l’émergence des concepts nouveaux que sont l’Ecohealth et le One health avant de déclarer officiellement ouverts les travaux. 

Débutée ce mardi 1er Octobre 2013, la conférence va s’achever le Jeudi 3 Octobre 2013 suivie d’une formation post-conférence (4 et 5 Octobre) sur des aspects pertinents de la recherche à l’interface écologie et santé à savoir l’éthique de la recherche, l’analyse des données complexes et des méthodes inter- et transdisciplinaires.

FacebookTwitterGoogle Plus