News

Taabo : Atelier de restitution des résultats du projet sur “L’impact de l’Assainissement Total Piloté par les Communautés (ATPC) sur les parasitoses intestinales humaines

A l’initiative du Centre Suisse de Recherches Scientifiques en Côte d’Ivoire (CSRS), s’est tenu le mardi 4 décembre 2012 dans la salle de conférence du club CIE de Taabo, l’atelier de restitution des résultats du projet "approche intégrée pour le contrôle des maladies tropicales négligées". L’objectif était d’évaluer et quantifier l'effet d'une approche véritablement intégrée de contrôle (chimiothérapie préventive, l’Assainissement Total Piloté par les Communautés (ATPC) et l’éducation à la santé) sur le mode de réinfestation par des géohelminthes, les schistosomes et les protozoaires intestinaux dans 8 villages du site de surveillance démographique de Taabo au Centre de la Côte d'Ivoire. 

La cérémonie de restitution présidée par M. Légré Koukougnon (Préfet de taabo) a également été rehaussée par la présence de plusieurs personnalités dont Mme Kra epse Oula (Sous-préfet de Taabo), Mme … (Sous-préfet de Pacobo), M. Kouamé Kan (Maire résident de Taabo), Mme Guei (représentant Monsieur le Directeur de l’Assainissement et du Drainage), Mlle Mahan Virginie (point focal assainissement Unicef), Prof N’Goran Eliézer (Coordonnateur DSS-Taabo) et Mme Anne Marie Sevcsik (Directrice du programme santé à UBS Optimus Fondation, principal bailleur du projet ATPC). Les autorités coutumières étaient représentées par le Chef de Taabo-village M Allaly. En plus des personnalités politiques, administratives et coutumières, la cérémonie a enregistré la participation de plusieurs personnes issues des communautés concernées par le projet.

Après la série d’allocutions et les mots de bienvenue des autorités politiques et administratives, Dr Giovanna Raso, Directrice du Département Environnement Santé du CSRS a présenté le contexte du projet et préciser les objectifs. Selon elle, l’approche intégrée incluant l’ATPC pourrait constituer une alternative à la chimiothérapie préventive dont les limites ont été largement mises en évidence. Cette approche prend en compte la participation effective des communautés cibles pour un contrôle durable des Maladies Tropicales Négligées (MTNs). M. Zouzou Fabien, Co-coordinateur des interventions du DSS-Taabo a expliqué les principes de l’approche ATPC, le processus de sélection et les étapes pour atteindre l’état de fin de défécation à l’air libre (FDAL). Dr Dongo Kouassi, responsable du groupe de recherche Changements Climatiques Urbanisation et Bien-être (CCUB) a présenté les résultats des enquêtes géographiques et celles relatives aux Connaissances, Aptitudes et Pratiques (CAPs) des populations. L’évaluation des conditions d’assainissement avant et après l’ATPC a permis de relever une nette évolution comparativement à la situation de départ. Dr Silué Kigbafori D., responsable du groupe de recherche Paludisme, les MTNs et maladies Emergentes (PMTNE) a fait le point des enquêtes parasitologiques. Les infestations dans les localités d’intervention comparées à celles dans les localités contrôle ont montré (i) une réelle baisse de la proportion de personnes re-infestées par les ankylostomes passant de 31,3 à 10,3 % et surtout (ii) une réduction substantielle du nombre moyen d’œufs d’ankylostomes. 

Les résultats présentés ont montré l’efficacité de l’approche intégrée (combinant l’ATPC, la chimiothérapie préventive et l’éducation à la santé) sur les parasitoses intestinales humaines notamment les ankylostomiases. Les différentes interventions qui ont suivi ces exposés ont montré que l’auditoire avait été attentif et satisfait des résultats obtenus 5 mois après les interventions. Toutefois, l’étude a adressé un certain nombre de recommandations dont la prise en compte produirait de meilleurs résultats à moyen et long terme.

FacebookTwitterGoogle Plus