News

Renforcement de la collaboration Nord-Sud : Une journaliste Suisse au CSRS

C'est assez rare de recevoir un journaliste à la faveur du Conseil d’Administration du CSRS. Cependant, il arrive de temps en temps, qu’un journaliste souhaite faire de l’investigation, et là, rien de tel qu'une rencontre avec les concernés. Ce fut le cas ce Jeudi 24 Mai 2012 avec Lucia Sillig qui écrit dans « Le Temps ». A travers une approche très sensible et professionnelle, elle est parvenue tout le long de son séjour au CSRS à se faire une idée claire de l’ensemble des thèmes de recherche qui y sont abordés. Soucieux d’en savoir un peu plus sur l’hôte, nous sommes allés à sa rencontre à travers une interview dont nous vous livrons maintenant le contenu.

Qui êtes vous ?

Je m’appelle Lucia Sillig, je suis journaliste en Suisse pour le quotidien le temps qui est édité à Genève et je travaille pour la rubrique science et environnement.

Quels sont les mobiles réels de votre arrivée à Abidjan ?

Suite à la récente visite à Abidjan de Monsieur Courvoisier qui est désormais le nouveau Président de l’Académie Suisse des Sciences Naturelles, il avait été assez enthousiasmé par ce qu’il avait vu. Il en a parlé à mes collègues et a jugé qu’il était important qu’on vienne savoir ce qui se passe ici car en Suisse on entend pas tellement parler du CSRS et il m’a raconté un peu les recherches qui se faisaient ici et cela m’a poussé à venir. 

Vous travaillez pour le journal le temps, pouvez vous nous en dire un peu plus ?

Le temps est un journal qui couvre la partie francophone de la Suisse. Il comprend déjà un gros cahier économie, un chapitre dédié aux questions internationales et on a aussi la chance d’avoir tous les jours une page « science » pour laquelle je travaille. 

Après une journée passée au CSRS, quelles sont vos premières impressions ?

La première impression qui se dégage est que l’endroit est magnifique, vraiment beau et bien situé en bordure de lagune. De tous les projets abordés aujourd’hui, je note qu'il y a des choses assez intéressantes qui se font. Je n’ai pas eu suffisamment de temps pour aborder tous les sujets dans les moindres détails mais je dois dire que j’ai été impressionné par cette idée de plantes que mangent les animaux surtout avec la recherche d’anti-oxidents dans ces plantes. Je trouve que c’est une nouvelle approche qui me passionne.

Comment « le temps » entend-il contribuer à une meilleure vulgarisation des actions du CSRS à partir du nord ?

Ce qui est intéressant à raconter c’est surtout les domaines de recherche auxquels on ne pense pas vraiment quand on est en Suisse, parcequ’on ne vit pas dans le même contexte, on n’a pas les mêmes plantes autour, on n’a pas les mêmes animaux, on n’a peut être pas les mêmes approches, ni les mêmes façons d’aborder la recherche. 

Votre dernier mot ?

Je me réjouis de voir les projets qu’on ira visiter à Taabo et à Bringakro.

FacebookTwitterGoogle Plus