News

L’ACCES A L’EAU DOUCE EN AFRIQUE : LES EXPERTS SE PENCHENT SUR LA QUESTION EN TANZANIE

Du 23 au 27 Avril 2012, s’est tenue à Dar Es Salaam en Tanzanie, la conférence sur la science, la politique et la gouvernance de l’eau en Afrique suivie de la 4ème Réunion Régionale des comités nationaux du Programme Hydrologique International (PHI). L’objectif principal était de discuter des défis auxquels est confronté l’Afrique en matière d’approvisionment en eau. De manière plus spécifique, il était question de (i) faire l’inventaire des données disponibles sur les ressources d’eau en Afrique notamment sur les ressources transfrontalières (ii) rechercher des stratégies communes pour l’acquisition et l’actualisation des données dans les pays Africains (iii) inciter la création de synergie entre chercheurs et décideurs afin de subvenir aux besoins des communautés. Y ont pris part 50 participants issus de divers pays dont la Tanzanie, la Côte d’Ivoire, le Bénin, le Togo, le Niger, la Guinée équatoriale, Madagascar, le Gabon, la Centrafrique, le Nigeria, l’Afrique du Sud, le le Tchad, Sénégal, le Rwanda, l’Ouganda, le Swaziland, la Zambie, le Burundi, l’Angola, l’Ethiopie, la RDC, la Namibie, le Kenya. Ils étaient pour la plupart des chercheurs, des points focaux PHI, des représentants d’organismes internationaux tels l’UNICEF, la BAD et la Banque Mondiale. Placé sous le haut patronage du vice président de la république révolutionnaire de Zanzibar, la conférence a permis de mettre en exergue les résultats des recherches effectuées en Afrique sur la problématique de l’eau. Ce fut également l’occasion pour chaque représentant PHI de présenter les stratégies d’obtention et de gestion des données hydrologiques dans chacun des pays. Au terme de 5 jours de réflexion, plusieurs résolutions ont été prises à savoir (i) la mise en place d’une base de données sur les ressources en eau disponibles en Afrique (ii) la création d’un cadre d’échange de données entre chercheurs et entités gouvernementales (iii) la disponibilité des bureaux régionaux de l’Unesco à soutenir la création des comités locaux PHI (iv) la volonté affichée des organisations internationales_Banque Mondiale, Banque Africaine de Developpement, Unicef_à aider les pays africains à atteindre l’auto-suffisance en eau. Cette rencontre intervient à point nommée dans un contexte où l’Afrique, avec ses 500 millions d’habitants reste gravement confrontée à un fort « stress hydrique », c'est-à-dire une menace de pénurie d’eau. Au sud du Sahara par exemple, près de 300 millions de personnes n’ont pas accès à l’eau potable et un habitant sur deux souffre de maladies conséquentes de la pénurie ou de la mauvaise qualité de cette matière première essentielle pour la survie humaine. Rappelons que la participation de M. Mbra Kouassi Richard_doctorant_à cet important RDV a été possible grâce à un appui financié accordé par le CSRS, le PASRES et le projet CRDI.

FacebookTwitterGoogle Plus