News

INITIATION DE JEUNES CHERCHEURS À LA MODÉLISATION DES CULTURES

Image indisponible

A l’initiative du Centre d’étude régional pour l’amélioration de l’adaptation à la sécheresse (CERAAS), s’est tenu du 28 Novembre au 06 Décembre 2011 à Thiès au Sénégal, l’atelier de formation sur le thème : « Principes de la modélisation des cultures et applications au diagnostic agricole et à l’analyse des risques agricoles ». L’atelier a enregistré la participation de 23 jeunes chercheurs_postdocs, doctorants_issus du Sénégal (11), du Mali (3), du Burkina Faso (3), du Tchad (1), du Bénin (1) et de la Côte d’Ivoire (4). La formation était assurée par le Dr Bertrand Müller (agro-météorologue) et le Dr François Affholder (modélisateur), tous les deux provenant de l'institut français de recherche agronomique (CIRAD). Durant 9 jours, les auditeurs ont bénéficié de cours théoriques sur les bases de la modélisation en agriculture et des séances de travaux pratiques sur des logiciels de modélisation (LASCAR, SARRAH). A cela s’ajoute la visite de terrain effectuée sur le site du CNRA de Bambey, la visite des laboratoires de pédologie, de phyto-pathologie ainsi que des essais de mil, de Sorgho et d’arachide. Au terme de la formation, les participants ont reçu chacun un diplôme de participation des mains du Directeur du CERAAS. Ils sont tous repartis satisfaits comme en témoignent les propos du Dr Lucien Diby, représentant le CSRS : « Globalement, ca été une formation intéressante. Ce fut une occasion de rencontrer beaucoup de jeunes collègues de la sous région avec qui j’ai eu des échanges très fructueux. J’ai eu également l’occasion de discuter avec les formateurs. Dans l’ensemble, il a été convenu que j’utilise le modèle LASCAR sur un certain nombre d’activités de recherche qu’on mène ici au niveau du CSRS notamment sur les racines et tubercules et je souhaite dès l’année prochaine prendre quelques étudiants avec lesquels nous allons mettre en place et faire le suivi d’un nombre d’essais pour recueillir des données expérimentales qui pourront nous permettre de voir dans quelle mesure ce modèle peut nous être utile ou du moins l’adapter à nos réalités. » L’atelier a été financé par le Programme de Productivité Afrique de l’Ouest (WAAPP-PPAAO).

FacebookTwitterGoogle Plus