News

Crise du manioc : Le CSRS restitue ses travaux de réflexion en présence de ses partenaires

Le Centre Suisse de Recherches Scientifiques en Côte d’Ivoire (CSRS) a organisé, le Abidjan le 08 Décembre 2016, un atelier de restitution de ses travaux de réflexion sur la crise du manioc en Côte d’Ivoire. Ces travaux, entamé depuis le 8 juillet 2016 par un atelier, se sont poursuivis sur le terrain pour prendre les différents avis des acteurs de la filière. Cet atelier de restitution du 8 décembre, intitulé : « Crise du manioc et de ses produits dérivés en côte d’ivoire : compréhension et options de développement » a été présidé par le Directeur Général du CSRS en la personne du Professeur Bassirou Bonfoh et modéré par le Dr Daouda Dao, Directeur des Ressources et de la Valorisation au CSRS. Après le mot de bienvenue du Directeur Général du CSRS, Dr Aka-Gbezo Solange, Responsable des Laboratoires du CSRS et responsable de l’équipe de chercheurs ayant effectué les travaux, a entamé la série des présentations par une présentation sur le « contexte et justification et les objectifs du projet. A sa suite, M Amanzou Aubin, a présenté les résultats du mini-atelier de réflexion du 8 juillet avant de passer la parole à M Kouakou Phillips qui lui, a présenté les résultats de la mission de terrain. Quant à M Kouassi Benal, il a présenté la synthèse des deux activités susmentionnées et les approches d’intervention. La conclusion de ces interventions est revenue à Dr Aka-Gbezo Solange avant l’entame des discussions et des échanges. Le représentant de la SODEXAM a également fait une présentation sur le « Changement climatique et agriculture en Côte d’Ivoire ». En effet, la crise du manioc et de ses produits dérivés en Côte d’Ivoire a été abordé par une approche transdisciplinaire par une équipe pluridisciplinaire du CSRS. Cette étude a mobilisé les experts du domaine (chercheurs, institutions, bailleurs, etc.) et les acteurs de la filière manioc autour d’une question centrale. Pour mener à bien la compréhension des phénomènes, des outils ont été utilisés comme le travail en commission, les interviews et le focus groupe. Les résultats ont permis de ressortir une liste de causes réelles par les acteurs de la filière et experts du domaine. Les causes les plus pertinentes décelées à ce jour, sont : (i) La démotivation des acteurs de la filière ; (ii) La longue saison sèche et la dureté des sols qui ont affecté le rendement des productions de manioc ; (iii) La non maîtrise et/ou la non adoption des techniques culturales ; (iv) La réduction des terres cultivables due à l’urbanisation galopante ; (v) Les idéologies et les valeurs sociales des autochtones associés à la culture du manioc ; (vi) La préférence des variétés anciennes de manioc au détriment des variétés améliorées ; (vii) La non adaptation des solutions proposées aux réalités des populations ; (viii) La crise n’est pas vécue de la même manière dans toutes les localités et n’affecte pas les variétés de manioc au même degré ; (ix) La crise a plutôt été une opportunité d’affaire pour les producteurs de manioc. Pour régler ces différentes causes identifiées, des solutions ont été proposées et les discussions ont abouti à l’identification de nouvelles questions de recherches. Cependant, pour que le ces solutions soient efficaces et durables, les décideurs gagneraient à financer la recherche et à répondre aux attentes des grandes utilisatrices de racines fraîches de manioc. Certes, cette initiative ne se veut la panacée à une crise qui n’est pas à sa dernière tentative mais les chercheurs et les acteurs de la filière espèrent vivement continuer la réflexion. Il faut noter que pour cet atelier de restitution, en plus des partenaires présents au premier atelier que sont : le Ministère de l’industrie, le MINADER, le District d’Abidjan, l’ANADER, le FIRCA, la SODEXAM, CODINORM, la Chambre de Commerce, l’I2T, le CIRES, NESTLE, l’OIPI, les acteurs de la filière étaient également présents. C’est sur cette note d’espoir que le Directeur Général du CSRS a prononcé le mot de fin.

FacebookTwitterGoogle Plus