News

AIP/ Le CSRS en Côte d’Ivoire propose un nouveau modèle de consommation pour lutter contre la cherté de la vie

Le CSRS propose un nouveau modèle de consommation face à la cherté de la vie
(Photo CSRS). Abidjan 10 août 2021 (AIP)-

Le Centre Suisse de recherches scientifiques en Côte d’Ivoire (CSRS) propose un document intitulé “Droit de savoir: Redéfinir un nouveau modèle de consommation face à la cherté de la vie”, afin d’informer chaque citoyen  sur la cherté de la vie de manière neutre, scientifique et accessible, énonce un communiqué transmis lundi 9 août 2021 à l’AIP.
« Pour nous, en tant que chercheurs, il est important face aux problèmes sociaux, de convoquer la science en vue de produire des éléments de connaissance utiles à la prise de décision et au changement de comportements. C’est ce que nous avons tenté de faire en produisant ce document », a affirmé l’épidémiologiste-vétérinaire, Prof Bassirou Bonfoh, lundi 30 juillet au siège du CSRS.
Le document disponible sur le site : www.csrs.ch est constitué de quatre parties principales à savoir le Facteur principal de la cherté de la vie, le mode d’accès aux biens et services et comportement des ménages les conséquences et risques de la cherté de la vie et les réponses intégrées face a? la cherté de la vie.
L’actualité ivoirienne du mois de juillet 2021 a été marquée dans les débats par la cherté de la vie dans le pays. Entre une hausse de prix des denrées de première nécessité dénoncée par les consommateurs et un ensemble de mesures prises par le gouvernement de Côte d’Ivoire, un groupe de chercheurs du CSRS a réfléchi sur les causes, les conséquences et des pistes de solution pour résorber la cherté de la vie.
Le Centre Suisse de Recherches Scientifiques est une institution de recherche qui a pour mission de générer par la science, des évidences crédibles et servir de plateforme de partenariats pour le renforcement des capacités et la traduction des résultats de recherche en action de développement intersectoriel en Côte d’Ivoire et dans la sous-région ouest africaine. Il a pour domaines d’intervention la recherche, la formation et les services à la demande des communautés, des collectivités, des partenaires au développement et des structures techniques des ministères.
 PAR: ADRIENNE EHOUMAN 


(AIP) tym/eaa/bsb/cmas

FacebookTwitterGoogle Plus