IMG_1470.JPG

Cette formation qui s’est tenue dans la salle Norbert Béhi du Centre Suisses de Recherches Scientifiques en Côte d’Ivoire, était adressée aux scientifiques et aux praticiens de la santé publique, impliqués dans le système de surveillance de la méningite en Afrique. Un format en ligne a été également proposé.

Organisé par « Le projet MEVacP », la réunion hybride sur l’Épidémiologie Moléculaire a pu accueillir 20 participants en présentiel et une dizaine en ligne, notamment des microbiologistes et des professionnels de la santé, venus de différents pays d’Afrique, tels que le Benin, la Côte d’Ivoire, le Ghana, la Guinée, le Mali, le Niger, le Nigeria, la Tanzanie, le Togo, et le Zimbabwe.

Quatre formateurs ont assuré les échanges. Il s’agit de Dr Kanny Diallo du Centre Suisses de Recherches Scientifiques en Côte d’Ivoire, Dr Keith Jolley, Dr Odile Harrison et Dr Jenny Maclennan de l'Université d'Oxford en Angleterre. Huit autres scientifiques de renoms dans le domaine de la méningite ont également animé en ligne, des sessions théoriques ou des séminaires ; Dr Brenda Kwambana-Adams, Dr Marie Pierre Preziosi, Dr André Bita, Dr Mignon Duplessis, Pr Muhamed-Kheir Taha, Pr Martin Maiden, Pr Marc Laforce, Dr Caroline Trotter and Pr Angela Brueggemann.

Cet atelier avait pour objectif de :

- Fournir une formation pratique sur les techniques de laboratoire et de génomique nécessaires à la mise en œuvre d’étude d’épidémiologie moléculaire.

- Fournir une opportunité d’échange entre chercheurs et professionnels de santé afin d’améliorer la prise en compte de la recherche dans le développement des politiques.

- De présenter les ressources et les résultats régénérés au cours du projet MEVacP.

Le mardi 15 mars, premier jour de l’atelier, a été marqué par la présence du professeur Inza Koné, Directeur Général du Centre Suisse de Recherches Scientifiques en Côte D’ivoire (CSRS) et du professeur Martin Maiden, investigateur principal du projet MEVacP. « Cette formation est justement à l’image de la mission du Centre Suisse, mission qui est d’accompagner la recherche en Afrique subsaharienne et de faire en sorte que la recherche Africaine fasse partir des leaders de la recherche scientifique. » a présenté le Directeur Général du CSRS. Après l’intervention des deux personnalités, le coup d’envoi de la formation a été donné par le Directeur Général.

Les journées ont été marquées par des sessions de formation théorique, dans lesquelles les formateurs ont présenté leurs cours et répondu aux questions des participants. Des séances pratiques se sont déroulées au laboratoire et en salle pour la partie Bio-informatique, et des séminaires ont clôturé les fins de journée sur des sujets liés au thème de la formation. Nous retenons notamment l’annonce de disponibilité du nouveau vaccin contre 5 souches de méningocoque d’ici la fin de l’année, faite par le Professeur Marc Laforce. Ceci va marquer un tournant important dans le combat contre la méningite à méningocoque.

« Quand on a appris la formation sur l’Épidémiologie Moléculaire, nous avons trouvé que c’était une aubaine pour nous, parce que c’était la première fois qu’on allait aborder ce sujet…, nos attentes ont été comblés dans la majorité des cas, mais il y a beaucoup de chose que nous avons reçu en un temps record » a fait savoir l’un des participant, le Dr Sadji Adodo, médecin biologiste et épidémiologiste du Togo.

Comme prévu, la formation a pris fin le vendredi 18 Mars 2022 à 17 heures. Elle s’est achevée par une remise de certificat de fin de formation à la grande satisfaction de tous les participants.

La formation en Épidémiologie Moléculaire pour la Politique de Vaccination a été bilingue avec la mise à disposition d’un service de traduction professionnel (Français/Anglais). Elle a été également entièrement gratuite pour tous les participants, les inscriptions se sont faites en ligne à travers un formulaire d’inscription.

D.T/MEVacP