IMG_2495.JPG

Abidjan, 22 avril 2022 (AIP)- Le Centre Suisse de Recherches Scientifiques en Côte d’Ivoire (CSRS) et l’Office Ivoirien des Parcs et Réserves (OIPR) ont initié un atelier bilan et d’orientation des activités de recherches scientifiques dans et autour du parc national de Taï (PNT), pour actualiser les informations et de définir les nouvelles perspectives pour l’amélioration constante de connaissance.

Cet atelier de deux jours, ouvert jeudi 21 avril 2022, à Abidjan-Cocody, visait à établir le bilan de la recherche et les orientations pour la conservation et la gestion durable et inclusive de ce parc national. Au nombre des participants, figurent des acteurs de la conservation et du développement local, les acteurs de la recherche et les bénéficiaires de toutes les interventions faite dans l’espace Taï.

Selon le Directeur Général du CSRS, Pr Inza Koné, cette rencontre, qui est à sa troisième édition, est devenue une tradition et se tient tous les 10 ans. « Depuis des décennies, le CSRS est présent de façon continue dans l’espace Taï avec notamment des projets à long terme (…) Plusieurs générations de chercheurs du CSRS sont des produits de la collaboration avec les gestionnaires du PNT et des universités publiques », a-t-il ajouté.

Pour sa part, le Chef de la Coopération Allemande en Côte d'Ivoire, Benjamin Laag, a rappelé que depuis plus de quatre décennies la Coopération allemande en Côte d’Ivoire a contribué et continue de contribuer non seulement à la protection et à la gestion du parc national de Taï mais aussi au développement de la recherche à l’intérieur et autour. « Les résultats de cet atelier seront donc essentiels pour assurer que les appuis futurs de la coopération Allemande au PNT s’inscrivent dans une logique de développement durable et correspondent aux besoins réels de ce dernier », a-t-il déclaré.

Du côté de l’OIPR, le colonel N’Goan Djè François espère que cet atelier permettra de comparer les réalisations en matière de recherches scientifiques sur le parc national de Taî, par rapport aux prévisions faites sur ce site il y a une décennie. « Je note d’emblée que des progrès ont été accomplis, progrès qui nous permettent aujourd’hui d’en savoir un peu plus sur la valeur de ce site et sur des espèces et écosystèmes peu connus », a-t-il ajouté.

Situé au sud-ouest de la Côte d’Ivoire, le Parc National de Taï, avec une superficie globale d’environ 5 360 km², incluant la Réserve partielle de faune du N’zo, représente plus de 50% de la superficie totale des zones forestières ouest africaines placée sous statut de stricte protection. En raison de sa grande étendue et de sa valeur patrimoniale exceptionnelle, ce parc constitue un immense réservoir génétique.

Le PNT est géré par la Direction de zone sud-ouest (DZSO) de l’OIPR). Au plan administratif, il s’étend sur trois régions (Cavally, Nawa et San Pedro), six départements (Guiglo, Taï, Buyo, Méagui, San Pedro et Tabou) et 11 sous-préfectures (Guiglo, Nizahon, Taï, Zagné, Buyo, Dapéoua, Oupoyo, Gnamangui, Doba, Dogbo et Djouroutou) pour une superficie totale de 16 882 km².

(AIP)

tg/fmo